Le projet : En quoi consiste votre projet ?



Liberté, Sexualités, Féminisme, 50 ans de luttes pour les droits des femmes.

Découvrez le prochain documentaire de Marie Hélia, produit par Olivier Bourbeillon de Paris-Brest Productions et avec la présence de Sandrine Bodénès dans le rôle de Rosa.

"Aujourd’hui comme hier un homme sur deux est une femme.
Et dans une prairie plantée d’herbe tendre une vache broute et Rosa Bonheur la contemple..."





Ce film est pour les militantes du planning l'occasion de transmettre leur message à la génération d'aujourd'hui, sans nostalgie, pas de « c'était le bon temps », impossible de regretter ce temps où les femmes mourraient par centaines les entrailles déchirées. C'était le temps de l'article vingt du code pénal qui interdisait la contraception et l'avortement.
50 ans d’histoire qui se racontent à plusieurs voix. Les souvenirs se répondent, s'enrichissent les uns les autres, se contredisent parfois.

Raconter l’Histoire à travers des histoires, écouter la vie, voyager dans la mémoire, regarder les visages de ces femmes comme des paysages, soutenir leurs regards, les aimer, tel est le parti pris de ce film.
Quelques mots de Marie Hélia, la réalisatrice...
Parce que je suis heureuse de connaître ces femmes, parce qu’à leur contact on est fière d’être une femme, parce qu’elles sont généreuses, curieuses, courageuses, je veux partager ces rencontres. Je veux partager leur joie de vivre, de lutter, leur jeunesse éternelle, militer, ou avoir milité au Planning familial semble plus efficace que le plus puissant des antirides.
Alors un film de femme ? OUI. Pour la première fois je revendique ce « label ». De toute façon il m’a souvent été appliqué avec ou sans mon consentement ; cette fois-ci je le revendique et c’est moi qui choisis faisant mien un slogan mille fois clamé :
- Je décide, tu décides, ils ne décident pas.
Sans agressivité mais avec fermeté et j’espère de l’humour, je souhaite qu’à la fin de la projection les spectateurs ne doutent pas de l’utilité du combat de ces femmes, qu’ils ressentent à leur égard de l’admiration, qu’ils chassent de leurs esprits les clichés mille fois assenés.




La plus âgée des chevalières a 89 ans, la plus jeune 25, elles sont 12 à nous raconter cette histoire, à elles 12 elles ont 500 ans, 500 ans de luttes et toujours révoltées !

Le financement: Pourquoi avez-vous besoin de soutien ?

Ce documentaire touche à des sujets sensibles qui ne sont pas dans les priorités parfois. Ces sujets sont dérangeants également et vous comprendrez notre difficulté à rassembler les fonds suffisants pour mener ce projet à terme...
Alors, si vous voulez participer et soutenir cette aventure, rejoignez-nous!

L'auteur : Qui est derrière ce projet ?

Paris-Brest Productions a été fondée en 1999 par deux auteurs réalisateurs, Marie Hélia et Olivier Bourbeillon, réunis dans un désir commun de création cinématographique.
Créée pour faire exister, à partir de la Bretagne, des histoires de cinéma, fictions, documentaires.

Produire des films que l'on a envie de voir, produire le premier, puis le deuxième, voir grandir un(e) cinéaste, prendre des risques, oser, se tromper, réussir... ensemble?

Marie Hélia
Auteur,Réalisatrice

Bien qu'elle s'adonne essentiellement à l'écriture et à la mise en scène, Marie Hélia a largement balayé le spectre cinématographique. Avant de passer derrière la caméra, elle fut aussi comédienne et, du film court au moyen métrage, du documentaire à la fiction, elle a essayé la plupart des genres. Enfant de Douarnenez aujourd'hui brestoise, n'a pas fini de tourner.

Interview... extraits du Magazine Sillage
Vous souvenez-vous de vos premières lectures ?
J'ai commencé avec Oui-Oui et le Club des Cinq, vers 7 ou 8 ans puis il y a eu le Capitaine Fracasse et la trilogie de Pagnol.

Quels sont les premiers films que vous avez vus ?
Ben Hur avec l'école, ça marque. Et puis, Fanfan la Tulipe, la première fois que j'ai eu le droit de regarder la télévision le soir.

Votre première caméra ?
La caméra de mon père, une super-8 Bolex.

À quand remonte votre envie d'être réalisatrice ?
Dans les années 88-89, j'étais assistante de réalisation et j'ai rencontré des ouvrières d'usine. J'en ai fait l'Usine Rouge en 1989.

À vos débuts à quoi aspiriez-vous ?
J'avais la volonté de garder une trace de cette époque. Face à la représentation très masculine du monde marin, j'ai voulu rééquilibrer les choses et donner leur place aux femmes qui ne sont pas seulement celles qui pleurent en attendant leur mari.

De quels metteurs en scène vous sentez-vous proche ?
Almodovar est un de mes metteurs en scène préférés. Il parle avec humour et tendresse de problèmes humains. J'aime aussi Cassavetes, Jane Campion, Alain Resnais, KaurismÀki, un réalisateur finlandais, et encore le cinéma asiatique et les cinéastes italiens.

Quelle rencontre aimeriez vous faire ?
Almodovar, mais je ne saurais pas quoi lui dire sinon : « j'aime beaucoup ce que vous faites. »

Quel autre métier auriez-vous pu faire ?
J'aurais aimé être archéologue.

Le don de la nature que vous aimeriez posséder ?
Savoir dessiner ! J'adore ça, mais je suis nulle.

Le trait principal de votre caractère ?
L'obstination.

Le défaut qui vous inspire de l'indulgence ?
L'orgueil peut-être.

La qualité première chez un acteur ?
La générosité.

Ne plus voir serait-il pour vous le plus grand malheur ?
Oui, je pense. Quoique, ne plus entendre...

L'état présent de votre esprit ?
L'optimisme. Par les temps qui courent ça fait du bien.

Filmographie:
L'usine rouge, An enez du, Monette, Les filles de la sardine, Les princesses de la piste, Microclimat, La femme serpent, Dans le ville rouge

Publié le en Bretagne dans Cinéma.

Collecte de fonds terminée le .