Le projet : En quoi consiste votre projet ?

Journaliste littéraire (lui), éditrice littéraire (elle), nous vivons dans un petit village du sud de l'Hérault au bord de la mer : Portiragnes.
Nous rêvions de créer un lieu entouré de livres où l'on pourrait discuter en dégustant de bons vins bio et refaire naître une parole de village. Justement, le vieux café au cœur du village, moribond, est à vendre.

1. Une librairie alternative
Nous voudrions le transformer en une librairie/bar à vins. Sur environ 80m2, nous souhaiterions présenter de nombreux livres de littérature en faisant fonctionner notre grand réseau d'éditeurs indépendants (romans, poésie, théâtre, BD, etc.). Il n'y a pas de librairie littéraire à moins de 50km.

2. Un bar convivial
Pour faire venir, les habitants du village dans ce bar ouvert toute l'année (beaucoup de commerces ici n'ouvrent que l'été), nous maintiendrons l'activité du café traditionnel que nous développerons aussi autour d'un bar à vins (80% de vins bio et en biodynamie). Mais nous voudrions surtout faire de ce lieu un lieu de rencontres, de conférences, d'expositions. Il nous paraît primordial de proposer une réelle politique culturelle dans ce village, magnifique, que nous aimons.

3. Une aventure collective
Grâce à notre réseau, beaucoup d'écrivains et d'éditeurs sont prêts à faire le déplacement pour parler de littérature. Des comédiens nous ont donné leur accord pour venir faire des lectures. Régulièrement, nous ouvrirons aussi le café à des viticulteurs qui viendront présenter leur travail, à des producteurs (charcuterie, fromages, etc) travaillant dans le respect de l'environnement et les associations du secteur pourront venir parler aux clients du café lors de rencontres organisées. De même nous prévoyons d'organiser régulièrement des cafés littéraires, donner des cours (littérature mais aussi photo, peinture - en fonction d'échanges de savoir).

Le financement: Pourquoi avez-vous besoin de soutien ?

Nos premières estimations, entre l'achat du fonds de commerce et les travaux à réaliser, font état d'un besoin de financement de 60000 € pour la première année. Nous pouvons apporter aujourd'hui la moitié de cette somme et allons demander un prêt bancaire pour un tiers : 20000 €.

Ensemble plutôt qu'avec une banque
Nous aurions pu obtenir un prêt pour 30000 €, mais nous voudrions inscrire notre projet dans un élan collectif et faire vivre le lieu dès avant son ouverture par le biais d'Octopousse mais aussi de Facebook. Une manière d'impliquer amis et inconnus dans notre projet.

Un projet de vie sociale
Au-delà du plaisir de la littérature et du bon vin, nous cherchons à créer la possibilité de paroles, d'échanges. C'est pour nous la meilleure façon d'échapper à l'isolement (du village et de chacun) et donc de repousser la tendance qu'ont les gens ici à voir dans tout "étranger" une menace. Échanger, dire ce que chacun fait, ce dont chacun rêve, échanger nos goûts pour les livres, les vins, partager ensemble des moments d'émotion et de pensée : c'est une aventure collective.

Bénévoles bienvenus
Dans un même ordre d'idée, nous cherchons aussi des gens qui auraient le désir de nous accompagner de temps en temps dans la vie de La Part de l'ange (à la librairie et au café).
Notre bénévolat s'explique par le désir de créer à terme deux emplois et pérenniser l'aventure.

L'auteur : Qui est derrière ce projet ?


Hélène Boinard, ancienne relieur d'art, éditrice. Elle dirige les éditions Cadex
(180 titres à son catalogue).



Thierry Guichard, directeur de la publication du mensuel littéraire Le Matricule des Anges
qu'il acofondé en 1992. Conférencier, animateur de débats, formateur en littérature, il a été aussi dans sa jeunesse barman saisonnier.